Echange de données informatisé

 

1. Qu'est-ce que l'EDI

L'EDI, pour Echange de Données Informatisé est le fait de transférer des données entre applications.

Il s'agit bien de données et pas d'informations.

On parle d'échange mais dans la plupart des cas, l'échange est uni-directionnel. Une application émetrice va générer des données (on apppelle ceci un export de données) qui seront ensuite transmises à une application destinataire qui va recevoir les données (on parle d'iimport des données) et les exploiter pour générer des informations. 

 

2. Pourquoi transférer des données entre applications ?

Dans une entreprise, il y a plusieurs "métiers" : le commercial, la facturation, la comptabilité pour ne citer que des exemples très classiques.

Ces métiers ne sont pas cloisonnés et doivent échanger des données en permanence : ce pourra être verbal, écrit ou informatisé.

  • Le verbal n'est pas très pratique. Pas d'enregistrement donc pas de trace, ne convient que pour de faibles quantités de données : typiquement, le responsable logistique appelle son collègue de la production pour lui dire que les pièces attendues aujourd'hui n'arriveront que dans une semaine...
  • S'il y a un peu plus de données, on écrira un mémo, crayonné au vol pendant une conversation téléphonique.
  • S'il y a vraiment beaucoup de données, on transfèrera des documents papiers : factures depuis le service facturation au service comptabilité.
  • Et au final, si l'on dispose de (nombreux) documents numériques, ce qui est de plus fréquent, on enverra les documents au travers du réseau ou par internet. 

Mais jusqu'ici, on n'a échangé qu'entre personnes et/ou services. Il serait tellement plus intéressant de transférer des données entre applications. Par exemple : le service facturation saisit des factures et les envoie aux clients. Qu'il serait efficient de pouvoir transférer les données saisie directement du logiciel de facturation vers le logiciel de comptabilité : gain de temps, fiabilisation du transfert car il n'est plus nécessaire de ressaisir etc. 

Ce cas très simple peut vite devenir complexe en fonction de l'environnement et des divers acteurs.

 

3. Modalités de l'échange

L'échange va généralement se réaliser par le transfert d'un ou plusieurs fichiers de données extraits de la base de données du logiciel d'origine. En effet, les bases de données, pour des raisons de sécurité, sont généralement très fermées. Il n'est donc pas possible d'écrire directement dedans.

Le logiciel emetteur va donc réaliser un export des données qu'il maîtrise vers un fichier qui possèdera un format compréhensible par le logiciel destinataire, que celui-ci va savoir lire et importer dans sa propre base de données.

Si le logiciel emetteur ne sait pas quel est le format attendu par le logiciel destinataire, il devra générer un fichier "pivot", généralement standardisé, voire normalisé, souvent au niveau international :

  • EDIFACT pour l'échange de données administratives : factures, livraisons
  • GALIA pour le monde automobile
  • INOVERT dans le domaine du transport
  • NF 13508-2 : pour l'échange de données sur les inspections vidéo de canalisations
  • ...

La liste est longue. Chaque activité optera pour le format qui lui permettra les meilleures relations possibles avec ses partenaires.

 

L'échange sera plus ou moins complexe suivant les cas :

si les logiciels peuvent se "parler", on ne parlera pas vraiment d'EDI

si les logiciels ne savent pas se parler

Transfert de données entre :

  • deux installations du même logiciel sur un même "site" : généralement, on passera par une sauvegarde dans le premier logiciel et une restauration dans le second. Ce qui n'est pas vraiment de l'EDI. Par contre, on pourra transférer 
  • deux installations du même logiciel sur des sites différents : la remarque ci-dessus reste valable mais il faudra prendre en compte des notions de sécurité lors de l'échange.
  • deux logiciels différents mais de même type : deux comptabilités par exemple
  • deux logiciels de types différents : une facturation  et une comptabilité. Si les logiciels sont du même étideur, il y a de grandes chances qu'il ne soit pas nécessaire de passer par de l'EDI. 

 

 

Le nombre de cas typiques d'utilisation de l'EDI est relativement réduit même si en théorie, tout est possible. On pourrait d'ailleurs simplement faire un arbre de décision pour schématiser la nécessité de passer par l'EDI.

On va supposer que les logiciels n

Tous les logiciels sont actuellement capables d'importer ou d'exporter des données.

A - Le cas le plus simple est celui d'EDI entre deux applications, identiques.

en interne, qui savent "discuter" entre elles. n'ont pas la même fonction. Une facturation et une comptabilité par exemple, comme on l'a vu au paragraphe précédent.

B - Un cas un peu plus compliqué est l'EDI entre deux applications du même type mais d'éditeurs différents : une société saisit sa comptabilité dans le logiciel Compta A mais veut transférer des données vers la comptabilité de son Expert Comptable qui utilise le logiciel de comptabilité  Compta B

 

 

B - Un cas un peu plus complexe est celui d'EDI entre deux applications, en interne, qui n'ont pas la même fonction. Une facturation et une comptabilité par exemple.

 

 

4. Sécurité des EDI

 

Dans le cas ou l'EDI se produit entre deux entités, et quel que soit le protocole d'échange, celui-ci doit être sécurisé.

On ne peut en effet pas se permettre de laisser tomber des données certainement sensibles, dans des mains mal intentionnées.

Au mieux, on perd des données, au pire, elle pourront être exploitées à votre détriment.

 

Aller au haut